Groupe de réflexion : Humanisme Respect Dignité
 
AccueilPortailFAQRechercherCalendrierS'enregistrerConnexion
Nous soutenons:
- La Charte des Indignés: ici
- le RIC: ici pour obtenir :
- l'appel à une Constituante: ici
- la reconnaissance du Vote Blanc : ici
---------------


Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Partagez | 
 

  PESTICIDES INTERDITS : LE TRAFIC...

Aller en bas 
AuteurMessage
Pierrot1
Administrateurs
Administrateurs
avatar

Messages : 3220
Date d'inscription : 05/02/2011
Age : 73
Localisation : Hérault ( languedoc-Rousillon )

MessageSujet: PESTICIDES INTERDITS : LE TRAFIC...    Mer 20 Mar 2013, 22:28

PESTICIDES INTERDITS : LE TRAFIC CONTINUE, 5 ANS APRÈS

ÉMISSION DU 23/03/2013

La bande annonce

Il pensait récolter leur miel, mais ce sont les cadavres de milliers d’abeilles que Pierre Marigo a récoltés au pied de ses ruches installées en Haute-Savoie. C’était au printemps dernier et l’apiculteur ne s’expliquait pas une telle hécatombe.

Voir la vidéo qui ne parle ni de miel ni d'abeilles ici , mais bon , intéressante quand même.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.notresesame.org/
Darna



Messages : 700
Date d'inscription : 18/12/2011
Age : 58
Localisation : Foix

MessageSujet: Re: PESTICIDES INTERDITS : LE TRAFIC...    Jeu 21 Mar 2013, 08:52

Semaine sans pesticides sur http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Nouvel_Observateur
Pierrot, ce qui est intéressant est le cri d'alarme lancé depuis des décennies sur le problème de pollinisations des fruits et légumes liées à la disparition des abeilles. Saches aussi que cela fait partie de la politique de l'industrie chimique pour imposer sa suprêmatie sur la planète. Les Monsanto, Basf & co forment le cortège de ce coup monté. Les semences vendues sont stériles, ce qui oblige les paysans à devenir leur clientèle, ou plutôt leurs serfs !
Revenir en haut Aller en bas
http://levillagedessens.free.fr
Darna



Messages : 700
Date d'inscription : 18/12/2011
Age : 58
Localisation : Foix

MessageSujet: Re: PESTICIDES INTERDITS : LE TRAFIC...    Jeu 21 Mar 2013, 10:06

http://www.ogm-abeille.org/#petition
Oui même si je sais qu'ici il y en a qui méprisent les pétitions...
Revenir en haut Aller en bas
http://levillagedessens.free.fr
Darna



Messages : 700
Date d'inscription : 18/12/2011
Age : 58
Localisation : Foix

MessageSujet: Re: PESTICIDES INTERDITS : LE TRAFIC...    Lun 25 Mar 2013, 11:02

1 article sur l'eau en bouteille :

Des traces de pesticides et de médicaments, dont un pour traiter le cancer du sein, ont été décelés dans environ 10% des eaux en bouteille, sans toutefois remettre en cause leur potabilité, révèle lundi une étude de 60 millions de consommateurs et de la Fondation France Libertés !

A court terme, il n'y a absolument aucun problème de qualité. Ces eaux sont parfaitement buvables, insiste le rédacteur en chef de 60 millions de consommateurs, Thomas Laurenceau, interrogé par l'AFP. On est dans l'ordre de l'ultra-trace, du millième de micron, c'est vraiment minuscule, a-t-il précisé. L'enquête ne met absolument pas en cause l'honnêteté des embouteilleurs, mais interroge la contamination de l'environnement par les pratiques humaines, ajoute-t-il. Il y a inquiétude sur la qualité de la ressource globale, résume M. Laurenceau, qui appelle, avec France Libertés, à la remise à plat des normes de qualité prenant en compte les nouveaux polluants.

L'analyse a porté sur 47 bouteilles d'eau, trois bonbonnes d'eau, et une dizaine d'échantillons d'eau du robinet prélevés dans trois départements. Sur les bouteilles d'eau étudiées -- portant sur l'ensemble du marché --, 37 ne présentaient aucune trace des 85 molécules recherchées. Dix en revanche contenaient des résidus de médicaments et pesticides.

La grande surprise, écrit 60 millions de consommateurs, est la présence de tamoxifène, hormone de synthèse utilisée dans le traitement du cancer du sein, dans la Mont Roucous, Saint Yorre, Salvetat, Saint Armand (Du Clos de l'abbaye) et Carrefour Discount (Céline Cristaline).La teneur est infime mais c'est suffisant pour qu'on s'interroge sur la pureté originelle imposée par la règlementation des eaux minérales, souligne le magazine, qui précise avoir procédé deux fois à l'analyse des échantillons après contestation de la part des embouteilleurs des premiers résultats et de la méthodologie employée accusée de produire de faux positifs. La seconde analyse a confirmé cette présence, sans que nous soyons en mesure d'en expliquer l'origine, écrit 60 millions de consommateurs. L'affaire est suffisamment sérieuse pour qu'on lance des analyses à plus grande échelle, estime M. Laurenceau.

Du Buflomédil et du Naftidrofuryl, des vasodilitateurs, ont été également détectés dans l'Hepar, pour le premier, et dans la Saint Armand pour le second. Par ailleurs, des traces d'Atrazine et d'Hydroxyatrazine, des désherbants pourtant interdits en 2001 mais très persistants, ont été trouvées dans la Vittel (Grande source), la Volvic (Clairvic), la Cora (Saint-Pierre), et la Cristaline (Louise).

Ce qu'on en retire, ce n'est pas de dire que telle marque est plus risquée qu'une autre. Il n'y a pas les bons et les mauvais. Sur l'ensemble des marques, il y a un problème, poursuit M. Laurenceau. Les embouteilleurs sont extrêmement prudents mais ça interpelle de voir qu'il peut y avoir (des micropolluants), même si c'est infinitésimal, qui ne devraient pas être là. Et l'eau du robinet ? Sur 10 prélèvements, huit contiennent une à quatre molécules sur les 85 recherchées, principalement des pesticides mais aussi des résidus de médicaments dont, à nouveau, du tamoxifène décelé notamment en milieu urbain (Rennes et Limoges). Enfin, sur les trois bonbonnes, des traces de Diéthylphtalate ont été trouvés dans l'Obio, et de Bisphénol A, d'Atrazine et de retardateur de flamme dans la Culligan Val-de-Marne.

Si tous les micropolluants sont ici présents en très faibles teneurs, leur variété interroge sur les potentiels effets cocktail, souligne 60 millions de consommateurs. Le magazine et France Libertés, qui ont lancé en 2011 l'Opération transparence sur l'eau, ont publié en mars une carte de la qualité de l'eau potable en France, montrant que les seuils limites en polluants étaient dépassés dans près de 420 communes grâce à des dérogations, sans risque sanitaire immédiat.

AFP

Mon avis : Pas d'effets dans l'immédiat, mais les cancers, les diabètes, allergies diverses ne "s'entretiennent" pas en 1 jour.
Et les additions décelées dans l'alimentation, allopathie & diverses pollutions de l'air, font de chaque quotidien 1 cocktail explosif pour l'organisme du vivant.
Revenir en haut Aller en bas
http://levillagedessens.free.fr
Pierrot1
Administrateurs
Administrateurs
avatar

Messages : 3220
Date d'inscription : 05/02/2011
Age : 73
Localisation : Hérault ( languedoc-Rousillon )

MessageSujet: Re: PESTICIDES INTERDITS : LE TRAFIC...    Lun 25 Mar 2013, 11:13

Darna a écrit:
http://www.ogm-abeille.org/#petition
Oui même si je sais qu'ici il y en a qui méprisent les pétitions...

Laisse tomber celles et ceux qui méprisent les pétitions , ce que nous faisons et tout le reste " Darna ".

Ne t'inquiète surtout pas quoi que tu fasse ou nous fassions , il y en aura toujours qui ne seront pas d'accord.

Continue ce que tu fais , en ce qui me concerne je signe et déjà depuis longtemps toutes les pétitions sérieuses et intéressantes , je suis certain que même si elles/ils ne le disent pas haut et fort , bien d'autres tout comme toi et moi le font également.

Dans tous les cas merci pour tous ces liens que tu nous fais passer et qui j'en suis sûr intéressent du monde.

Tout le monde n'est pas bouché ni endormi.

A bientôt " Darna " pour tout.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.notresesame.org/
Darna



Messages : 700
Date d'inscription : 18/12/2011
Age : 58
Localisation : Foix

MessageSujet: Re: PESTICIDES INTERDITS : LE TRAFIC...    Lun 25 Mar 2013, 11:23

Surtout qu'en ce moment, Notre Sésame se met enfin en branle, collectivement. C'est à moi de vous remercier pour ne pas avoir espéré en ce forum en vain ! Youpi !
Revenir en haut Aller en bas
http://levillagedessens.free.fr
Darna



Messages : 700
Date d'inscription : 18/12/2011
Age : 58
Localisation : Foix

MessageSujet: Re: PESTICIDES INTERDITS : LE TRAFIC...    Lun 25 Mar 2013, 11:25

Eh Pierrot, je sens comme 1 re-boustage de ton système immunitaire, là...Belle journée à toi, mon ami !
Revenir en haut Aller en bas
http://levillagedessens.free.fr
Darna



Messages : 700
Date d'inscription : 18/12/2011
Age : 58
Localisation : Foix

MessageSujet: semenciers/paysans français en danger   Mer 27 Mar 2013, 06:59

La loi scélérate du 8 décembre 2011 va-t-elle bientôt sévir ?

La loi du 8 décembre 2011 relative au « Certificat d’Obtention Végétale » (COV), proposée par un sénateur UMP, soutenue par le gouvernement de Nicolas Sarkozy et votée par la majorité UMP, a gravé dans le marbre l’interdiction de semer le grain récolté et l’obligation, dans cette hypothèse, de payer des royalties aux semenciers-sélectionneurs dès l’usage en deuxième génération des semences vendues sur le marché.

Bien que François Hollande, alors candidat à la présidentielle, se soit engagé1 à retirer ce texte, ses décrets d’application sont en cours de préparation.

Pour comprendre les enjeux de cette loi, il faut en connaître le contexte technique : là où les méthodes de sélection agronomique n’ont pas réussi à rendre le grain stérile ou dégénérescent en deuxième génération (hybrides F1), les semenciers cherchent, par des méthodes juridiques cette fois, à recréer le marché captif extrêmement lucratif que les hybrides F1 leur ont permis de s’aménager.

C’est ainsi qu’ils sont parvenus à interdire la reproduction de leurs semences par le biais des droits de propriété intellectuelle applicables aux variétés végétales (le COV), et à faire qualifier la semence récoltée de contrefaçon, sur le plan international d’abord (Convention UPOV dans sa version de 1991), puis au niveau européen (Règlement 2100/94) et plus récemment sur la scène nationale.

Cela signifie donc qu’au delà d’un seul usage, la semence vendue ne peut plus être utilisée, même à des fins personnelles, sur l’exploitation.

C’est un peu comme s’il n’était pas possible d’écouter un CD plusieurs fois ou qu’un logiciel informatique devait s’autodétruire passé un certain délai, pour obliger les consommateurs à racheter ces produits régulièrement. Ici les semenciers ont tiré parti du caractère auto-reproductible des semences pour prétendre que, au delà de la première génération et alors même qu’il s’agit du même matériel génétique, le droit d’usage du produit était expiré.

C’est ainsi que la règlementation a mis en place, rappelons-le, une grotesque « Contribution VOLONTAIRE OBLIGATOIRE », faite, comme la dîme naguère, d’une fraction de la récolte obtenue, pour qui dans les campagnes oserait semer le grain récolté. Cela afin de « financer les activités de recherche » des semenciers-sélectionneurs…

Mais par qui les agriculteurs se sont-ils laissés hypnotiser pour accepter une sémantique aussi arrogante ?

Et comment les semenciers, menés par le Groupement National Interprofessionnel des Semences (GNIS), ont-ils réussi à imposer dans les esprits de nos députés l’idée que la survie de la sélection variétale impliquait d’interdire aux agriculteurs de semer une partie de sa récolte ?

L’exposé des motifs de la proposition de loi, de même que les rapports réalisés par les parlementaires POINTEREAU et LAZARO fournissent une réponse.

Ainsi parlait donc Thierry LAZARO le 9 novembre 2011 devant la Commission des affaires économiques de l’Assemblée Nationale :

« le COV est un outil indispensable pour notre recherche. (…) je l’ai dit dans mon propos liminaire, sur les 74 entreprises françaises concernées, 70 % sont des PME familiales. Si l’on compte quelques coopératives importantes, elles n’ont rien à voir avec des groupes comme Monsanto. (…) notre secteur semencier n’a pas la puissance des multinationales. La vraie question consiste donc à savoir si nous disposons ou non des moyens de financer la recherche. »

La proposition de loi commence également ainsi :

« Le secteur semences français occupe une place prépondérante en Europe (1er pays producteur) et dans le monde (2ème exportateur mondial), notamment grâce à ses 73 entreprises de sélection de semences, dont une majorité de coopératives et de PME familiales. »

=> Il s’agit ici ni plus ni moins du baratin du GNIS sur le secteur semencier français.

En effet, le groupement aime à entretenir les images d’Epinal d’une France agricole encore dominée par une majorité de petites entreprises familiales ou artisanales, et où les plus gros acteurs sont régulièrement présentés comme des « coopératives », attachées à un terroir régional et au monde paysan.

Cette présentation des choses a l’avantage de masquer la toute-puissance des entreprises de sélection, les phénomènes de concentration, la présence étrangère et force ainsi l’apitoiement de nos décideurs publics.

Mais la réalité est toute autre.

En effet, le GNIS confond systématiquement, pour les besoins de la démonstration, entreprises de sélection et entreprises de production de semences, de même que leurs chiffres d’affaires respectifs.

Or, en France, la sélection et la production de semences sont deux activités distinctes, aux enjeux très inégaux. Les activités de sélection représentent 71 entreprises, qui se dédient à l’obtention de « variétés » nouvelles et à l’enregistrement au Catalogue de ces obtentions. L’activité de production, quant à elle, représente 225 entreprises, qui ne font que multiplier les semences par des contrats signés avec environ 18.000 agriculteurs multiplicateurs, puis les conditionnent pour la vente. Ce dernier secteur n’est pas particulièrement intéressé à l’application stricte des droits de propriété intellectuelle.

Les semences de grandes cultures et fourragères
Or, un « Palmarès des firmes de semences grandes cultures et fourragères » (les plus concernées par la pratique des semences fermières), publié récemment par la presse agricole, fait apparaître, après quelques regroupements d’entreprises appartenant aux mêmes groupes :
un marché partagé entre seulement 35 entreprises, dont les dix plus grosses réalisent près de 74% du chiffre d’affaire global de tout le secteur.
De plus, le reste des entreprises présentes sur ce marché, si, compte tenu de leur chiffre d’affaires individuel, peuvent être apparemment rattachées aux groupes des PME ou des TPE, un examen plus détaillé montre qu’elles sont pratiquement toutes des filiales de gigantesques groupes de l’agroalimentaire, ayant des implantations multinationales (Groupes Euralis, Florimond Desprez, Maïsadour, Saaten Union, Terrena, Barenbrug, Acolyance, Scael, Unéal, De Sangosse, etc.).

C’est ainsi que, dans le palmarès précité, 12 entreprises seulement apparaissent comme des entreprises indépendantes.

Enfin, au TOP 10 des plus grosses entreprises, 4 sont des multinationales étrangères (Pioneer, Monsanto, Syngenta, KWS)

Les semences potagères
Quant au secteur des semences potagères, et au phénomène de concentration qui n’a pas manqué de s’y produire, les chiffres ne sont pas disponibles. Le GNIS ne publie que des chiffres généraux, qui, ici encore, cumulent les activités de sélection et de production.

Cependant, un examen détaillé du Catalogue officiel français, pour quelques espèces, permet de se faire une idée :

Sur 15 espèces2 potagères examinées, le géant Limagrain détient 61,16% des variétés F1 et 5 multinationales, en général, contrôlent 90% des variétés F1.
Ces multinationales sont essentiellement les suivantes : Limagrain, Monsanto, Syngenta, Bayer, Sakata. Une seule est française, les 4 autres sont étrangères.

Pour quelques espèces, parmi les 5 premiers groupes peuvent également se trouver les entreprises : Gautier, Rijk Zwaan, Hollar Seeds. Une seule est française, les 2 autres sont étrangères.

=> On est donc loin des 70 % de PME françaises avancés par le GNIS et repris par nos parlementaires injustement apitoyés. Et le régime du COV récemment renforcé bénéficie aux géants multinationaux de ce qu’il est légitime d’appeler « l'industrie semencière ».

Quant à la nécessité pressante de permettre aux entreprises de sélection de financer leurs activités de « recherche » en ponctionnant les agriculteurs, notons que celles-ci sont loin d’être à plaindre sur le plan économique, à la différence de ceux-là :

Le GNIS a publié une enquête rétrospective sur la période 2005-2011 aux termes de laquelle il apparaît qu’en 5 ans l’ensemble du secteur semences a fait une progression de 23%. Or les plus fortes progressions sont observées dans les secteurs oléagineux (+58 % - chiffre d’affaires qui passe de 162 M€ à 256 M€), céréales à paille (+26 % - CA qui passe de 270 à 341 M€) et pommes de terre (+25 % - CA qui passe de 129 à 161 M€), secteurs les plus directement concernés par le « problème » des semences de ferme !

De plus, le prix des semences certifiées est exorbitant par rapport à celui de la semence fermière et il n’a pas cessé d’augmenter.

Ainsi, les statistiques publiées par l’INSEE font apparaître une hausse de 414% du prix des semences et plants entre janvier 1975 et janvier 2013 .

Comparé au coût des semences de ferme de maïs, par exemple, les semences commercialisées par les semenciers sont pratiquement cent fois plus chères, selon un ancien Directeur de Recherche à l’INRA et un professeur à l’Université Harvard.

=> Ce qu’il faut ici comprendre c’est que, comme dans la vente d’un CD, d’un logiciel informatique ou de tout produit manufacturé, le paysan n’a aucun lieu de « rémunérer le sélectionneur pour ses activités de recherche », puisque celui-ci a déjà perçu cette rémunération lorsqu’il lui a vendu ses semences pour la première fois.

Ce qu’il fait sur son exploitation de ce travail de sélection qu’il a acquis, présent ou non sur la descendance de la première graine, ne devrait regarder que lui.

Mais il faut se rendre à l’évidence : ce n’est en fait pas la rémunération d’un travail effectif de recherche que poursuivent les sélectionneurs, mais la recherche d'une rémunération sans travail, c'est-à-dire une situation de rente.

Le législateur ne devrait pas se rendre complice de ces aspirations à la féodalité.

Les semenciers, comme tous les autres acteurs de l’économie, n’ont aucun droit à rendre leurs consommateurs captifs, et leur prospérité ne devrait dépendre que de la mise sur le marché de produits innovants et séduisants pour leur clientèle.

Que les semenciers souhaitent obtenir des semences de céréales ou d’oléagineux le même profit qu’avec les semences de maïs, pour lequel les hybrides F1 leur assure un marché captif, est une chose. Que cette prétention soit légitime en est une autre. Et qu’elle ait été reconnue par certains traités internationaux3 ne la rend pas immuable.

Rappelons aussi que d’autres traités internationaux, signés par la France et l’Union Européenne, ont reconnu le droit inaliénable des paysans à semer le grain récolté. Il serait temps de donner application à ces traités là.

Quant aux agriculteurs, il est urgent qu’ils reviennent à ce qu’ils n’auraient jamais dû abandonner : les variétés paysannes du domaine public, librement reproductibles.

Rien ne les empêche de poursuivre le très prolifique travail de sélection qu’ils ont interrompus il y a 50 ans en se soumettant au dictat des technocrates de l’agronomie.

C’est le message que véhicule, partout, l’association Kokopelli, qui milite pour la liberté et l’autonomie des paysans, et dont la collection est intégralement fertile et libre de droits.

Kokopelli, le 26 Mars 2013

Extrait de la lettre de François Hollande à la Confédération Paysanne lorsqu’il était candidat à la présidentielle : « la loi sur les COV soulève une incompréhension chez les agriculteurs français qui voient créer un prélèvement nouveau de 35 millions d’euros à leur égard et perdent un droit immémorial d’utiliser gratuitement les semences de ferme. Les socialistes ont proposé des évolutions et une discussion pour une autre loi. Ils n’ont pas été entendus. Il faudra y revenir. »
Concombres, melons, aubergines, pastèques, radis, choux cabus, choux brocolis, choux-fleurs, piments/poivrons, laitues, pois potagers, carottes, fenouils, tomates, courgettes.
Traité International sur les Ressources Phytogénétiques pour l’Alimentation et l’Agriculture (TIRPAA) - V. article 9 particulièrement.
Si vous ne parvenez pas à lire ce mail cliquez ici
Revenir en haut Aller en bas
http://levillagedessens.free.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: PESTICIDES INTERDITS : LE TRAFIC...    

Revenir en haut Aller en bas
 
PESTICIDES INTERDITS : LE TRAFIC...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ARMES ,TRAFIC et RAISON D'ETAT
» Plus de trafic passagers entre Cherbourg et Poole.
» Vends trafic diesel
» Jeux interdits
» Trafic routier au pays de la vodka (Russie)

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Notre Sésame :: Autres Sujets de Discution :: Consommation-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: