Groupe de réflexion : Humanisme Respect Dignité
 
AccueilPortailFAQRechercherCalendrierS'enregistrerConnexion
Nous soutenons:
- La Charte des Indignés: ici
- le RIC: ici pour obtenir :
- l'appel à une Constituante: ici
- la reconnaissance du Vote Blanc : ici
---------------


Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Partagez | 
 

 Affaire Copé : ce qu'on sait, ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pierrot1
Administrateurs
Administrateurs
avatar

Messages : 3218
Date d'inscription : 05/02/2011
Age : 73
Localisation : Hérault ( languedoc-Rousillon )

MessageSujet: Affaire Copé : ce qu'on sait, ...   Jeu 27 Fév 2014, 15:39

Affaire Copé : ce qu'on sait, ce qu'on savait, ce qu'on ignore encore

Le Monde.fr | 27.02.2014 à 11h04 • Mis à jour le 27.02.2014 à 15h29 |
Par Jérémie Baruch, Maxime Vaudano et Samuel Laurent


Jean-François Copé, président de l'UMP, le 26 février 2014. | AFP/JEAN-SEBASTIEN EVRARD

Jean-François Copé est mis en cause pour ses liens avec la société Bygmalion et ses dirigeants. Une affaire embarrassante pour le président de l'UMP, mais dont de nombreux éléments sont déjà connus. Retour sur le contexte.
Lire : Soupçonné de surfacturation, M. Copé va porter plainte

1/ De quoi est accusé Jean-François Copé ?
Selon Le Point, la société Bygmalion, ou plus précisément sa filiale Events & Cie, a empoché de l'UMP 8 millions d'euros pour l'organisation des meetings de campagne du parti en 2012. Une somme énorme, d'autant plus que le parti, très endetté, a dû en 2013 demander 11 millions d'euros à ses sympathisants pour se renflouer.



La société Bygmalion a longtemps été dirigée par Bastien Millot, très proche de M. Copé – elle est aujourd'hui dirigée par Guy Alves, chef de cabinet de Jean-François Copé alors ministre du budget (2005-2007), qui lui a confié l'intégralité de la communication du parti à partir du moment où il en a pris la tête, en 2012.

Guy Alvès est par ailleurs le contact identifié au Journal officiel de l'association Génération France, le microparti de Jean-François Copé. Selon Le Point, il en a un temps été le trésorier.

Lire : « Spin doctors », les politiques sous influence

Surtout, Bygmalion aurait fait, selon Le Point, un montage financier complexe avec une société luxembourgeoise, Centuria Capital, dirigée par le holding d'Emmanuel Limido, gestionnaire de fonds, sis au Qatar. Un homme qui avait servi d'intermédiaire pour la vente de biens immobiliers de l'Etat aux Qataris lorsque M. Copé était ministre du budget.


Emmanuel Limido, président directeur général de Centuria Capital. | DR

2/ Que savait-on déjà sur les finances de l'UMP ?
Le rôle important de Bygmalion au sein de l'UMP est connu depuis longtemps. Bastien Millot est à la fois proche conseiller de M. Copé, jouant souvent les intermédiaires auprès de la presse, et chargé, par l'intermédiaire de sa société, de la communication du parti, mais aussi de la formation d'élus. Pour la campagne 2012, la société dit avoir assuré la logistique de quarante-trois meetings de l'UMP ou de Nicolas Sarkozy.

En 2012 déjà, Le Canard enchaîné avait relevé les importants contrats consentis à la société, qui faisaient grincer des dents vu l'endettement de l'UMP. En pleine compétition entre ...


Lire la suite

Et ici


Oui bon rien de bien grave ni de bien anormal dans tout çà, à coup à gauche ... un coup à droite ..., un coup par-ci ... un coup par-là ... .

Faut bien que nos bons et braves élus de tous bords puissent arrondir leurs fins de mois, non ?? Les temps sont difficiles, on ne va pas leur reprocher de se faire un peu d'argent de poche, d'acheter des voix, de magouiller, de se laisser corrompre, etc..., etc..., etc...

La vie n'est pas facile, ils ont le droit de gagner leur vie eux aussi !!!

Nous ne devons pas nous alarmer, nous nous devons, nous simples citoyens du peuple de leur accorder une confiance aveugle et totale.

Nous nous devons de voter pour tous ces gens-là sans la moindre méfiance ni la moindre arrière pensée.

Nous savons et avons la preuve formelle et incontestable que tous nos politiques sont intègres et sans reproches.

Nous nous devons de leur accorder toute notre confiance.

Surtout, je dis bien surtout, ne nous laissons pas laver le cerveau par ces quelques journalistes sans scrupules qui ne savent rien faire d'autre que de les salir.

Votons de bon cœur et en toute confiance, pour tous ces politicards qui une fois élus se foutent bien de nos gueules en toute impunité.

Allez, ayons confiance, fonçons tête baissée...au bout du couloir il y a le mur en béton armé...il nous aura ...  lol! 


Pierrot1  


Revenir en haut Aller en bas
http://www.notresesame.org/
Pierrot1
Administrateurs
Administrateurs
avatar

Messages : 3218
Date d'inscription : 05/02/2011
Age : 73
Localisation : Hérault ( languedoc-Rousillon )

MessageSujet: Re: Affaire Copé : ce qu'on sait, ...   Lun 03 Mar 2014, 15:26

Copé annonce des mesures qui existent déjà

Le Monde.fr | 03.03.2014 à 13h00 • Mis à jour le 03.03.2014 à 15h09 |
Par Samuel Laurent et Jonathan Parienté



Jean-François Copé, président de l'UMP, le 23 janvier 2014. | AFP/KENZO TRIBOUILLARD

Mis sur la sellette par les révélations du Point sur le rôle privilégié de la société Bygmalion, dirigée par ses proches, et accusée de surfacturations auprès de l'UMP par le magazine, Jean-François Copé a répliqué, lundi 3 mars.
Lire : Affaire Copé, ce qu'on savait, ce qu'on sait, ce qu'on ignore

Dans une conférence de presse « solennelle », le chef du parti de droite a fait plusieurs annonces destinées à démontrer sa bonne foi. Les deux principales : l'UMP s'est dite prête à mettre à disposition l'intégralité de sa comptabilité ; et M. Copé réclame la même chose de la part de la presse. Problème : ces deux annonces sont tout sauf nouvelles, et la transparence est ici déjà de mise.

1/ LES COMPTES DES PARTIS SONT DÉJÀ PUBLICS

Ce qu'il a dit : « L'UMP est disposée à mettre à disposition l'intégralité de sa comptabilité »

Pourquoi c'est déjà le cas : Jean-François Copé a promis solennellement qu'il appliquerait à son parti une exceptionnelle transparence en tenant à la disposition de la presse l'intégralité des pièces comptables. Problème : cette opération spectaculaire correspond à quelque chose qui est déjà possible.

En France, la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) existe depuis 1990. Elle a pour rôle de contrôler les comptes de campagne, mais aussi le financement de la vie politique.

Dans ce cadre, elle épluche chaque année les comptes de tous les partis politiques, et publie un compte-rendu détaillé (voir le dernier disponible). Comme la Commission le précise :

En application de l'article 11-7 de la loi no 88-227 du 11 mars 1988 relative à la transparence financière de la vie politique, les partis ou groupements bénéficiaires de tout ou partie des dispositions des articles 8 à 11-4 doivent :
– tenir une comptabilité retraçant tant les comptes du parti ou groupement politique que ceux des organismes, sociétés ou entreprises dans lesquels le parti ou groupement politique détient la moitié du capital social ou la moitié des sièges de l'organe d'administration, ou exerce un pouvoir prépondérant de décision ou de gestion ; – arrêter leurs comptes chaque année au 31 décembre ; – les faire certifier par deux commissaires aux comptes indépendants ; – les déposer au plus tard le 30 juin de l'année suivante à la CNCCFP qui assure leur « publication sommaire » au Journal officiel.
Il existe ensuite deux cas de figures : tout d'abord celui des comptes de campagne, comme ce fut le cas pour ce que reproche Le Point à M. Copé. La CNCCFP est souveraine : elle a accès et conserve l'intégralité des documents, y compris les factures, auxquels on peut avoir accès sur simple demande. Le Monde a ainsi pu aller consulter les comptes de campagne 2012 de l'UMP, et même en extraire des documents, que nous avons publiés, vendredi, une fois ceux-ci « anonymisés ».

En revanche, pour les comptes des partis, ce n'est pas la CNCCFP qui en certifie la régularité mais les commissaires aux comptes, qui peuvent les rejeter ou émettre des réserves. La CNCCFP récupère ensuite les comptes certifiés et les publie. Elle ouvre accès à toutes les pièces en sa possession sur simple demande.

En guise de révolution, Jean-François Copé se contente de proposer de rendre public ce qui l'était déjà, puisque Le Point évoque des dépenses de la campagne 2012. Et encore M. Copé conditionne-t-il cet accès à l'adoption d'une loi future. En réalité, il promet surtout de « mettre sous scellés » l'intégralité de la compabilité du parti, qui le restera jusqu'à l'adoption d'une loi obligeant tous les partis à publier l'intégralité de leurs pièces comptables.

2/ LES AIDES À LA PRESSE SONT DÉJÀ CONNUES ET DÉTAILLÉES

Ce qu'il a dit : Les responsables de médias seront soumis « aux mêmes règles de déclaration d'intérêts que les parlementaires » dès lors qu'ils bénéficient de subventions publiques ou d'une fréquence [de diffusion] délivrée par l'Etat.

Comment M. Copé s'opposait à la transparence : un tel dispositif n'existe pas pour les patrons de presse, ni pour les journalistes. Cependant, certains journaux, comme Le Monde, ont une charte de déontologie qui implique des déclarations d'intérêts de leurs dirigeants.

La loi sur la transparence de la vie politique a été élaborée – puis édulcorée – et votée, en décembre 2013, dans la foulée de l'affaire Cahuzac. Cette loi oblige les parlementaires (entre autres) à établir une déclaration d'intérêts qui est déposée auprès de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique. Ces déclarations ne sont pas publiques, mais peuvent être consultées auprès de cette institution.

Rappelons que M. Copé avait voté contre, au diapason du groupe UMP dans son ensemble (à 6 exceptions près). En avril 2013, alors que la loi était discutée, il accusait d'ailleurs la majorité de se livrer à un « numéro de voyeurisme et d'hypocrisie » auquel il ne voulait pas « concourir ».

Lors des débats à l'Assemblée nationale, Christian Jacob, président du groupe UMP et proche de M. Copé, avait déposé deux amendements limitant fortement la possibilité d'accès aux déclarations de patrimoine des élus.

D'ailleurs, lors de ce débat, M. Jacob avait lancé l'idée que les obligations des élus quant à leur patrimoine soient tendues aux « hauts fonctionnaires, magistrats, journalistes, patrons d'organisations syndicales et d'ONG, et pourquoi pas faire, comme dans certains pays nordiques que tous les citoyens français aient l'obligation de publier leur patrimoine ».

Notons enfin que les subventions aux organes de presse sont publiques, contrairement à ce que laisse entendre M. Copé. Il suffit pour en prendre connaissance de se rendre, par exemple, sur le portail du gouvernement consacré aux données publiques, data.gouv.fr. Le montant de ces subventions sont disponibles pour les 200 organes les plus aidés par l'argent public.


Souce
Revenir en haut Aller en bas
http://www.notresesame.org/
 
Affaire Copé : ce qu'on sait, ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» super affaire: suis trop contente !!!!
» AVEZ VOUS UNE CARTE D'AFFAIRE DE VOTRE GARDERIE FAMILIALE
» L'affaire Tomlinson met la police anglaise dans l'embarras
» du qu in s in va , mi j'eul sait
» fred Vargas, affaire Battisti

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Notre Sésame :: Ah nos Braves Politiques !-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: