Notre Sésame
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


Groupe de réflexion : Humanisme Respect Dignité
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Nous soutenons:
- La Charte des Indignés: ici
- le RIC: ici pour obtenir :
- l'appel à une Constituante: ici
- la reconnaissance du Vote Blanc : ici
---------------
Remboursement des dettes publiques : faut-il vraiment Site10Remboursement des dettes publiques : faut-il vraiment DaredareAlveole2Remboursement des dettes publiques : faut-il vraiment PfdAlveoleRemboursement des dettes publiques : faut-il vraiment NsAlveoleRemboursement des dettes publiques : faut-il vraiment Drh2AlveoleRemboursement des dettes publiques : faut-il vraiment CriacAlveoleRemboursement des dettes publiques : faut-il vraiment ACSalveoleRemboursement des dettes publiques : faut-il vraiment ECEalveoleRemboursement des dettes publiques : faut-il vraiment McrsAlveoleRemboursement des dettes publiques : faut-il vraiment Pse13Remboursement des dettes publiques : faut-il vraiment Fm10Remboursement des dettes publiques : faut-il vraiment DradAlveole
-50%
Le deal à ne pas rater :
Assassin’s Creed Valhalla PS4/PS5 et Xbox One /Series X
34.99 € 69.99 €
Voir le deal

 

 Remboursement des dettes publiques : faut-il vraiment

Aller en bas 
AuteurMessage
Pierrot1
Administrateurs
Administrateurs
Pierrot1

Messages : 3220
Date d'inscription : 05/02/2011
Age : 77
Localisation : Hérault ( languedoc-Rousillon )

Remboursement des dettes publiques : faut-il vraiment Empty
MessageSujet: Remboursement des dettes publiques : faut-il vraiment   Remboursement des dettes publiques : faut-il vraiment Clock10Sam 04 Jan 2014, 23:25

Remboursement des dettes publiques : faut-il vraiment infliger aux peuples une pénitence réparatrice des erreurs des hommes politiques ?

Pour ne pas faire payer aux générations futures la volonté des hommes politiques de vouloir venir à bout de la crise par davantage de dette publique, une solution : l'annuler.


Remboursement des dettes publiques : faut-il vraiment Tirer-lorielle
"Jamais la Banque centrale européenne ne permettra à l’inflation d’éroder les dettes publiques." Crédit Flickr commons

Dans une Union européenne sans stratège et sans pilote, on ne voit plus que le court terme des déficits budgétaires. Quant au stock de dettes, on en laisse l’appréciation aux agences de notation, pour autant qu’elles osent encore s’exprimer. Or, la manière dont la France n’a pas réussi à réduire son taux de déficit budgétaire de 4,5% à 3%, comme il était initialement prévu pour 2013, laisse augurer de la manière dont elle ne réussira pas à faire passer son stock de dettes de 90 à 60%, comme le Traité de stabilité et de gouvernance européenne l’y oblige, au rythme d’un vingtième par an !

A juste titre, jamais la Banque centrale européenne ne permettra à l’inflation d’éroder les dettes publiques. En même temps, on ne voit pas comment la croissance du secteur privé pourrait générer assez de revenus pour que les contribuables puissent payer 30 % du PIB en impôts supplémentaires sur une période de 20 ans à seule fin de rembourser les créanciers de l’Etat. En gros, la croissance potentielle d’une génération est préemptée. Cette génération paiera pour la présomption des gouvernements occidentaux à venir à bout d’une crise de la dette (privée) par davantage de dette (publique).

En conséquence, il n’y a pas d’autre solution que de remettre les dettes publiques.

L’argument est imparable et c’est pourquoi il fait l’objet de peu de discussions. Quand on évoque le sujet, c’est pour le ramener à un territoire connu : "remettre les dettes" consiste à les annuler. Dans ce cas, que faites-vous des créanciers ? C’est, en substance, le raisonnement de Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France, lors des rencontres économiques d’Aix-en-Provence. Le raisonnement est évidemment simple : les créanciers directs ("titulaires d’assurance-vie, SICAV ou obligations") sont ruinés et  "à supposer que ceux qui ont prêté survivent, ils ne sont pas prêts de re-prêter ou alors à des taux extraordinairement supérieurs". On pourrait même y ajouter qu’il s’agit manifestement d’une violation du droit des ...


[i]suite
Lire la
Revenir en haut Aller en bas
http://www.notresesame.org/
Pierrot1
Administrateurs
Administrateurs
Pierrot1

Messages : 3220
Date d'inscription : 05/02/2011
Age : 77
Localisation : Hérault ( languedoc-Rousillon )

Remboursement des dettes publiques : faut-il vraiment Empty
MessageSujet: Re: Remboursement des dettes publiques : faut-il vraiment   Remboursement des dettes publiques : faut-il vraiment Clock10Dim 05 Jan 2014, 00:12

La dette publique de la France : qui va payer ?
La gestion irresponsable du budget de l’État français ces trente dernières années s’explique par des dépenses publiques parmi les plus élevées du monde. Pour payer ces 1150 milliards d’euros de dépenses incontrôlées chaque année, la France fait payer le peuple par l’impôt. Ainsi, la France compte parmi les pays où l’impôt est le plus élevé au monde. Elle ne peut plus continuer ainsi, car trop d’impôts tuent l’impôt. En effet, pour s’en sortir, de nombreux français sont obligés de trouver des solutions pour échapper au fisc d’où la multiplication du travail au noir, des fraudes en tous genres ou de l’exil fiscal. Malgré l’énorme poids fiscal qui pèse sur les Français, la France ne parvient toujours pas à équilibrer ses comptes. Les politiciens ont trouvé la solution : faire des crédits et emprunter toujours plus pour combler des trous toujours plus gros.

C’est ainsi que les fonds de pension, les fonds souverains, les Chinois et les banques ont pris le contrôle de notre pays comme un banquier prendrait le contrôle d’un ménage qui ne parvient plus à payer ses factures ou ses crédits.

La dette des administrations publiques était de moins de 100 milliards d’euros en 1980, date à partir de laquelle l’État français a commencé à vivre à crédit.
Ainsi, la dette a doublé de 1980 à 1984 pour passer à 200 milliards, elle a encore doublé de 1984 à 1991, puis de 1991 à 1998 pour atteindre 800 milliards. On a fait une dernière culbute de 1998 à 2010 pour passer à 1600 milliards et à près de 1900 milliards actuellement (cliquez pour voir le compteur de la dette). Aujourd’hui, le poids de cette dette est devenu trop important. Aujourd’hui, la fête est finie, car l’heure de rembourser a sonné.

En effet, les seuls intérêts de la dette s’élèvent à 46,7 milliards en 2012 soit autant que le budget de l’éducation nationale avec son million d’enseignants, de personnels d’éducation, d’administration et de direction ! La France consacrera plus d’argent en 2013 à rembourser les intérêts d’emprunts à ses créanciers qu’à former ses enfants.

En plus des charges (intérêts) de la dette, il faut aussi rembourser le service de la dette, c’est-à-dire le capital. Le service de la dette de l’État représentait près de 170 milliards d’euros en 2011, soit autant que la totalité des ressources fiscales directes. Quel gâchis !

Enfin, sachez que la France empruntera 170 milliards en 2013 et que pour ...

Remboursement des dettes publiques : faut-il vraiment Dette_publique_France_1978-20102
Dette des administrations publiques au sens de Maastricht, France, 1978-2010 | Source INSEE.FR



Lire la suite ici




Nous devons pour nous sortir de cette galère infernale, dans laquelle nous on plongé et continuent de nous y plonger tous nos politiques de tous bords, nous unir et ce quelles que soient nos différences.

Arrêtons de nous laisser laver le cerveau par leur belles promesses qui n'ont que pour seul but de nous diviser , ce qui leur permet en toute impunité de continuer encore et toujours plus nous plonger dans ce grand océan de la dette.

La BCE tout comme toutes les banques qui ont été sauvées avec l'argent du peuple , n'accepteront jamais d'annuler cette dette en notre faveur

Elles nous entrainent peu à peu vers le fond de cet océan de dettes, puis nous noieront sans le moindre scrupule.

Arrêtons de nous battre entre nous, toutes et tous autant que nous sommes, unissons-nous pour que cette dette soit payée par celles et ceux qui en sont responsables.

Nous les et les peuples n'y sommes absolument pour rien, nous ne sommes que des victimes qui subissons la dette et à qui en plus par la force on fait rembourser.

Arrêtons d'être passifs, contre une union absolue absolument personne ne peut rien y faire.

" L' UNION FAIT LA FORCE ", çà nos politiciens le savent trop bien, d'où leur ardeur et leur intérêt le plus absolu de nous diviser.

Pour gouverner d'une manière absolue les " ROIS " ont toujours affamé leurs peuples.

Soyons plus intelligeant que celles et ceux qui nous gouvernent.

Tant qu'il en est encore temps unissons-nous, c'est notre seule défense, contre notre union personne n'y peut rien.

Non seulement la France, mais au point où nous en sommes l'Europe entière doit s'unir, nous sommes tous dans la même galère.

Je le répète et le répèterai toujours, je n'appartient à aucun parti politique quel qu'il soit.

Les seules choses qui me motivent et doivent nous motiver, sont que nous avons, toutes et tous autant que nous sommes, le droit le plus absolu d'avoir du travail , du pain et un toit.

Nos gouvernements se doient de veiller à ce que nous ne manquions en aucun de ces trois éléments vitaux et essentiels, pas à leurs seuls et uniques intérêts.



Pierrot1.  Remboursement des dettes publiques : faut-il vraiment 766302424 

Revenir en haut Aller en bas
http://www.notresesame.org/
 
Remboursement des dettes publiques : faut-il vraiment
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Notre Sésame :: Tribune Libre-
Sauter vers: