Notre Sésame
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


Groupe de réflexion : Humanisme Respect Dignité
 
AccueilPortailRechercherDernières imagesS'enregistrerConnexion
Nous soutenons:
- La Charte des Indignés: ici
- le RIC: ici pour obtenir :
- l'appel à une Constituante: ici
- la reconnaissance du Vote Blanc : ici
---------------
France : Quand la gestion de l’eau fait des vagues Site10France : Quand la gestion de l’eau fait des vagues DaredareAlveole2France : Quand la gestion de l’eau fait des vagues PfdAlveoleFrance : Quand la gestion de l’eau fait des vagues NsAlveoleFrance : Quand la gestion de l’eau fait des vagues Drh2AlveoleFrance : Quand la gestion de l’eau fait des vagues CriacAlveoleFrance : Quand la gestion de l’eau fait des vagues ACSalveoleFrance : Quand la gestion de l’eau fait des vagues ECEalveoleFrance : Quand la gestion de l’eau fait des vagues McrsAlveoleFrance : Quand la gestion de l’eau fait des vagues Pse13France : Quand la gestion de l’eau fait des vagues Fm10France : Quand la gestion de l’eau fait des vagues DradAlveole
Le deal à ne pas rater :
Ecran PC Gamer 34″ VA Incurvé – AOC – CU34G2X/BK (UWQHD 1ms ...
329.99 €
Voir le deal
anipassion.com

 

 France : Quand la gestion de l’eau fait des vagues

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
Pierrot1
Administrateurs
Administrateurs
Pierrot1


Messages : 3220
Date d'inscription : 05/02/2011
Age : 79
Localisation : Hérault ( languedoc-Rousillon )

France : Quand la gestion de l’eau fait des vagues Empty
MessageSujet: France : Quand la gestion de l’eau fait des vagues   France : Quand la gestion de l’eau fait des vagues Clock10Jeu 21 Fév 2013, 14:52

France : Quand la gestion de l’eau fait des vagues

La gestion de l’eau à la française se distingue par la délégation massive de ce service public à des entreprises privées. Mais à la lumière de rapports critiques, ce modèle de partenariat est renégocié et pourrait laisser place à un courant de remunicipalisation. Sans pour autant chavirer.

France : Quand la gestion de l’eau fait des vagues 3778124,templateId=scaled,property=imageData,height=177,scale=proportional,v=1,width=312,CmPart=com.arte-tv

Avec sept habitants sur dix desservis par un opérateur privé, la France est à l’origine d’un modèle bien installé de gestion de l’eau, minoritaire mais influent au niveau mondial. La gestion de l'eau, décentralisée depuis 1964, incombe aux communes ou à leurs groupements (pour 75% d'entre elles). Mais « l’école française » en la matière laisse la municipalité ou le syndicat intercommunal choisir de gérer directement l’eau et l’assainissement (gestion en régie), ou de déléguer la prestation de ce service à une entreprise privée spécialisée.
Il ne s’agit donc pas de « privatiser » en tant que tel : l’autorité publique garde la responsabilité de la qualité de l’eau et la propriété des infrastructures, tandis que le financement de base reste public, puisque c’est l’usager qui paie. Les entreprises sont « seulement » invitées à optimiser ce financement.

L’eau, une affaire privée ?

Depuis les années 1970, le privé prédomine sur le marché de la distribution de l'eau potable en France, parmi les plus de 14.000 structures de distribution d'eau potable. En 2010, 70% des 3,8 milliards de mètre cubes d'eau distribués sur le territoire l'ont été par des entreprises privées. Pour l’assainissement, 52 % de la population profitent de la gestion déléguée.
Trois groupes principaux se partagent ces contrats : Veolia (Générale des eaux, ex-Vivendi) en tête, avec 39% des parts de marché, suivie de Suez-Ondeo, ex-Lyonnaise des eaux avec 19%, puis la (petite) SAUR (11%). Pour un chiffre d'affaires total d'environ 5,2 milliards d'euros (eau et assainissement) en 2010.

Certains les surnomment les « trois sœurs », mais ce sont des entreprises bien de chez nous et peu enclines aux atermoiements d’un Tchekhov, avec dans leurs gourdes plus de 40% du marché mondial de l’eau.
Cette emprise du privé a pris son envol en France dans les années 60 et 70, sur la vague de l’après-guerre et de la décentralisation. Les besoins augmentent, l’approvisionnement devient plus lourd à supporter par des communes isolées, et l’émission de consignes plus strictes sur la qualité de l’eau rend son traitement plus coûteux.
En 1954, le privé ne dessert que 31,6% des usagers de l’eau. Mais les entreprises comme la Générale des eaux (future Veolia), nées au XIXème pour la construction des réseaux d’adduction d’eau potable et d’assainissement dans les villes, sont déjà fortes d’une longue expertise, et prêtes à proposer leurs services.

Jusqu’en 1995, et l’interdiction de cette pratique, la signature des contrats s’accompagne d’un « droit d’entrée », à savoir le versement d’une somme de l’entreprise à la collectivité, parfois de plusieurs millions de francs (à l’époque) qui facilite la délégation. En cas d’appels d’offre, la concurrence est minime : des candidatures uniques dans 31 % des cas, et dans 95 % des cas, le même délégataire est reconduit. Dans ces conditions, les partenariats public-privé fleurissent : à la fin des années 90, il ne reste que quelques grandes villes (Strasbourg, Nantes, Reims, Tours) et un cortège plus important de petites communes pour ne pas y avoir gouté.

Le retour du public ?

La fin des années 90 représente un tournant, alimenté par plusieurs enquêtes de consommateurs et des pouvoirs publics.

En 1999, Grenoble ouvre le bal. Les mouvements citoyens et écologistes locaux obtiennent l’annulation du contrat de délégation à Suez après la découverte de pratiques frauduleuses, et provoquent la remunicipalisation, officielle en 2001.

La sur-tarification fait débat. En 2006, une étude (1) démontre que les utilisateurs des services gérés par les opérateurs privés paient en moyenne 16% de plus pour l’eau que s’ils avaient affaire à des opérateurs publics. L’UFC/Que-Choisir parle de 30% d’écart.

En novembre 2009, le Journal du Dimanche pose la question de l’entretien du réseau en révélant qu’en moyenne, un litre sur quatre d’eau potable serait perdu dans une fuite ou une rupture de canalisation, avec un pic de 45% d’eau gaspillée à Nîmes. Et selon le bon principe français de « l’eau paie l’eau », le coût général de ces pertes, évalué à deux milliards d’euros, serait supporté par les contribuables sans impact sur les opérateurs privés (ou publics).

Au fil de l’eau et des enquêtes, même trop rares...



Lire la suite
Revenir en haut Aller en bas
http://www.notresesame.org/
Darna




Messages : 700
Date d'inscription : 18/12/2011
Age : 63
Localisation : Foix

France : Quand la gestion de l’eau fait des vagues Empty
MessageSujet: Re: France : Quand la gestion de l’eau fait des vagues   France : Quand la gestion de l’eau fait des vagues Clock10Ven 22 Fév 2013, 08:58

1 autre de mes réseaux sur http://eauvivante.net/
Pour dire que des procédés peu coûteux existent. Mais en amont, il est de + en + urgent de stopper de rejeter nimporte quels toxiques (produits ménagers, médicaments via l'allopathie, pesticides...etc...sans parler des eaux de refroidissement des centrales nucléaires qui tuent toutes flores et faunes). 1 taxe importante sur les industrie chimiques (qui ne sont que les composantes de l'hydre des compagnies pétrolières) doit être mise en place. Mais vous, qui en êtes consommateurs, accepterez vous de sortir de vos addictions aux produits imposés par l'illusion d'être civilisé(e)s ?
Sinon, continuez donc à entretenir l'empoisonnement des ressources naturelles, et à en payer le prix autrement encore + grave que les factures à régler...La réalité et la responsabilité de chacun(e) d'entre nous sont cruelles, oui !
Revenir en haut Aller en bas
http://levillagedessens.free.fr
Darna




Messages : 700
Date d'inscription : 18/12/2011
Age : 63
Localisation : Foix

France : Quand la gestion de l’eau fait des vagues Empty
MessageSujet: Re: France : Quand la gestion de l’eau fait des vagues   France : Quand la gestion de l’eau fait des vagues Clock10Ven 22 Fév 2013, 17:48

Le nombre de signatures de l'Initiative Citoyenne Européenne est passé de 80 000 à 900 000 signatures en quasiment un mois. La forte progression des signatures est due principalement à la mobilisation en Allemagne (600 000 signatures) et en Autriche sous l'impulsion des syndicats. Donc nous atteindrons facilement le million de signatures avant septembre. Par contre, l'autre condition nécessaire pour valider l'ICE, à savoir les quotas pour les différents pays de l'UE, pose problème dans quelques pays dont la France. Le quota pour la France est de 90 000 signatures et nous en sommes à environ 2000. Il est important que cette ICE soit validée. Cette ICE n'aura probablement aucun effet sur la politique Eau de l'UE mais elle permettra au mouvement européen pour l'eau bien commun de sensibiliser la population à cette question et de faire pression sur la Commission européenne et la Troïka qui poussent actuellement certains pays (Grèce, Portugal...) à vendre leurs services publics. Voici la page pour signer en ligne: https://signature.right2water.eu/oct-web-public/?lang=fr Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
http://levillagedessens.free.fr
Darna




Messages : 700
Date d'inscription : 18/12/2011
Age : 63
Localisation : Foix

France : Quand la gestion de l’eau fait des vagues Empty
MessageSujet: Re: France : Quand la gestion de l’eau fait des vagues   France : Quand la gestion de l’eau fait des vagues Clock10Ven 22 Fév 2013, 18:00

Au niveau international, j'ai failli oublier celle là, qui date quelque peu...
Sources
Rapport de la Banque Mondiale
Sauver la mer Morte grâce à l'eau de la mer Rouge, un projet contro... – Le Monde
Quel avenir pour la mer Morte ? - Pour la Science ; janvier 2013
De la mer rouge à la mer morte, le canal de la paix – AFD
Un canal entre la mer Rouge et la mer Morte divise – Novethic
Revenir en haut Aller en bas
http://levillagedessens.free.fr
Contenu sponsorisé





France : Quand la gestion de l’eau fait des vagues Empty
MessageSujet: Re: France : Quand la gestion de l’eau fait des vagues   France : Quand la gestion de l’eau fait des vagues Clock10

Revenir en haut Aller en bas
 
France : Quand la gestion de l’eau fait des vagues
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alerte aux vagues-submersion entièrement levée
» Alerte au vent et vagues-submersion dans six départements
» Grandes marées, fortes vagues et inondations sur la façade Atlantique
» Pluie et vagues : la Bretagne et la Loire-Atlantique en alerte orange
» La référendum d’initiative citoyenne entraine une bonne gestion

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Notre Sésame :: Nouvelles du Monde :: France-
Sauter vers: